Pour connaître les dates de réunions et sessions de l'année Jésus et Marie - détail du retable de Comanna (Bretagne)
L'association Inter-Parole, ses activités, les formateurs
Pour aller visiter des sites avec lesquels nous entretenons des liens A lire
Retour vers la page d'accueil Les principes de la démarche catéchétique proposée
Jeu au cours d'une séance de catéchèse...
Bonne année de catéchèse !
Calendrier pour trouver une catéchèse correspondant au texte d'un dimanche ou d'une fête
Retour à la proposition de Chemin de Croix

 

Récit de la Passion de Jésus-Christ
(Les * précédent certains mots signalent que ces mots sont expliqués dans un petit vocabulaire à la suite du récit)


Récit en PDF
pour impression

 

 

-1-Entrée à Jérusalem


Jésus est en chemin avec ses *disciples. Il va à Jérusalem où l’on prépare, comme tous les ans la fête juive de la Pâque ; c’est une grande fête au cours de laquelle on se souvient que Dieu a fait sortir son peuple de l’esclavage en Egypte.

Tout en marchant, Jésus appelle à lui deux de ses disciples. Il leur dit :

« Allez au village d’en face. Vous y trouverez un ânon. Il est attaché. Détachez-le, et amenez-le-moi ici.

Et si l’on vous dit quelque chose,

vous répondrez : « Le Seigneur en a besoin. »

Les disciples font ce que Jésus leur demande. Ils partent, trouvent un ânon attaché près d’une porte, dehors, dans la rue, et ils le détachent. Ils l’amènent à Jésus. Ils le couvrent de leurs manteaux et Jésus s’assied dessus.

Beaucoup de gens étendent leurs vêtements sur le chemin. Ils coupent des branches aux arbres et en jonchent le chemin. Les gens chantent :

« *Hosanna au fils de David !

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !

Hosanna au plus haut des cieux ! »

Et Jésus entre à Jérusalem dans le Temple.


Trahison de Judas

Judas, l'un des douze apôtres, cherchait à trahir Jésus ; il va trouver les chefs des prêtres qui cherchaient tous les prétextes possibles pour faire mourir Jésus. Il leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui proposent trente pièces d'argent. Dès lors Judas cherche une occasion favorable pour le livrer.

 

 

      Image noire

 

 

 

-2- Lavement des pieds


Juste avant la fête de la Pâque, pendant le repas, Jésus se lève de table, enlève ses vêtements, et noue un linge autour de sa taille. Il met de l’eau dans un bassin et se met à laver les pieds de ses disciples et à les essuyer avec le linge noué à sa taille. Il vient vers Simon-Pierre qui s’étonne : « Toi, Seigneur, me laver les pieds ? »Jésus lui dit : « Tu comprendras plus tard ». Pierre commence par refuser. Et comme Jésus lui dit : « Si je ne te lave pas les pieds, tu n’auras pas part avec moi » Pierre lui dit : « Seigneur, pas seulement les pieds mais aussi les mains et la tête ». Jésus lui dit : « Celui qui s’est baigné n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds.» Après avoir lavé les pieds de ses disciples, Jésus remet ses vêtements se met à table et leur demande s’ils comprennent ce qu’il vient de faire. Il leur dit : « Vous avez raison de m’appeler maître et Seigneur. Si moi, le Seigneur et le maître je vous ai lavé les pieds, vous devez vous-aussi vous laver les pieds les uns des autres. Bienheureux êtes-vous, si sachant cela, vous le faites. »

 

 

-3- Cène

 

Le premier jour de la fête les disciples demandent à Jésus : « Où veux-tu que nous fassions les préparatifs du repas pascal ? »

Au cours de ce repas on mangeait les pains sans levain et un agneau en souvenir du repas mangé en toute hâte par les Hébreux avec Moïse avant de traverser la Mer Rouge.

 Jésus leur dit : « A l'entrée de la ville, vous rencontrerez un homme portant une cruche d’eau et vous le suivrez. Et là où il entrera, vous direz au maître de la maison : « Où est la salle où le Maître pourra manger la pâque avec ses disciples. » Il vous montrera une salle, en haut de la maison. C’est là que vous ferez les préparatifs pour nous ». C’est ce qu’ils font, et là, ils préparent le repas de la pâque.

Le soir venu, Jésus se met à table avec ses douze apôtres. Pendant qu’ils mangeaient, il leur annonce que l’un d’entre eux allait le livrer. Chacun se demande qui cela pourrait être. Judas l'interroge : « Serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C'est toi qui l'as dit ! » Judas sort. Ilétait dans la nuit.

Pendant le repas Jésus prend du pain, il rend grâce, le partage et le leur donne en disant : « Prenez et mangez en tous, Ceci est mon corps. » Puis il prend la coupe de vin, il rend grâce et la leur donne en disant : « Buvez en tous, Ceci est mon sang, le sang de la nouvelle Alliance versé pour vous tous. Faites ceci en mémoire de moi. »

 

 

-4- Gethsémani

 

Annonce du reniement de Pierre

Après avoir chanté les psaumes de la fin du repas Jésus se rend avec les onze apôtres au Mont des Oliviers à l’est de Jérusalem, de l’autre côté du torrent du Cédron. Là Jésus leur dit : « Vous allez être scandalisés ; vous allez même m'abandonner, parce que je vais mourir. Mais je ressusciterai et je vous attendrai en Galilée. » Les apôtres ne comprennent pas les paroles de Jésus. Pierre s'exclame : « Moi, jamais je ne te laisserai tomber ! » Jésus lui dit : « Pierre, cette nuit même avant que le coq n'ait chanté, tu m'auras renié trois fois. »

 

 

Prière de Jésus

 

Ils entrent alors dans un endroit appelé *Gethsémani. Là, Jésus dit à ses disciples : « Asseyez-vous ici, pendant que je vais prier. » Il emmène avec lui Pierre, Jacques et Jean et leur dit : « Mon âme est triste jusqu’à la mort. Restez ici et veillez avec moi. » Il s'éloigne un peu et se met à prier : « Mon Père, si c’est possible, éloigne de moi cette coupe de souffrance ! Mais, non comme je veux, mais comme tu veux. » Jésus revient vers ses disciples et les trouve tous endormis. Il dit à Pierre : « Vous n'avez même pas été capables de rester éveillés et de prier avec moi ! Maintenant veillez et priez. » Il retourne prier une seconde, puis une troisième fois : « Mon Père, si cette coupe ne peut passer sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! »

 

 

-5- Arrestation de Jésus

 

Et dans le jardin, voici qu'arrive Judas, l'un des douze apôtres, avec une foule d'hommes armés de glaives et de bâtons, de lanternes et de torches. Ils étaient envoyés par les anciens et les chefs des prêtres du temple de Jérusalem. Judas leur avait dit : « Celui à qui je donnerai un baiser, c'est lui ; arrêtez-le. » Judas arrive près de Jésus et l'embrasse en disant : « Salut, Rabbi, Salut, maître. » Aussitôt on porte la main sur Jésus et on se saisit de lui.

Alors les disciples de Jésus l'abandonnent tous et s'enfuient.

 

 

 

-6- Procès religieux

 

Ceux qui avaient arrêté Jésus, l’emmènent chez Caïphe, le *grand prêtre. Les *scribes, et les *anciens se joignent à eux. Pierre suit de loin ; il s’assied devant un feu dans la cour du grand prêtre.

Pour pouvoir condamner Jésus à mort, on cherche en vain de fausses raisons. A la fin deux témoins arrivent et disent : « Cet homme a dit : « Je peux détruire le Temple de Dieu et, en trois jours, le reconstruire. » En entendant cela Caïphe, le grand prêtre se lève : « Tu as dit cela ! » mais Jésus ne répond rien, ne dit rien. Caïphe lui demande : « Es-tu le Christ, le Fils de Dieu ? ». Jésus dit : « C’est toi qui l’as dit. » Le grand prêtre déchire alors ses vêtements en accusant Jésus d’avoir blasphémé, d’avoir injurié le nom du Dieu Un et Unique. Tous hurlent : « Il mérite la mort ». Ils lui crachent au visage, le frappent de coups, le giflent. Et ils demandent à Jésus : « Fais le prophète, dis-nous qui t’a frappé. »

 

 

-7- Reniement de Pierre

 

Pendant ce temps, Pierre était toujours assis dehors dans la cour du grand prêtre. Une servante s'approche et lui dit : « Mais toi aussi, tu étais avec Jésus de Galilée. » Pierre nie en disant : « Je ne sais même pas ce que tu veux dire ! » Une autre insiste : « Celui-ci était avec Jésus ! » Pierre continue de nier : « Je jure que je ne connais pas cet homme. » D'autres s'approchent et disent à Pierre : « Mais bien sûr, toi aussi tu en fais partie. D'ailleurs ton accent te trahit. » Pierre proteste violemment : « Je ne connais pas cet homme. » Aussitôt un coq chante. Le Seigneur Jésus se retourne, fixe son regard sur Pierre. Pierre se rappelle alors que Jésus lui avait dit : « Avant qu'un coq n'ait chanté, tu m'auras renié trois fois. » Pierre sort et pleure amèrement.

Au matin tous ceux qui voulaient faire mourir Jésus le lient, lui attachent les mains et le livrent à Pilate. Pilate était le gouverneur nommé par les Romains ; lui seul avait le pouvoir de faire exécuter une sentence de mort.

Voyant que Jésus est condamné, Judas est pris de remords. Il rapporte les trente pièces d'argent aux chefs des prêtres et aux anciens en disant : « J'ai péché en livrant à mort un innocent. » Ils disent : « Que nous importe ? C’est ton problème ! » Judas jette les pièces d'argent dans le Temple et va se pendre.

 

 

-8- De Caïphe à Pilate

 

Puis on emmène Jésus, tel un malfaiteur, au palais de Pilate, le gouverneur romain. Dans le palais, Pilate interpelle Jésus : « Tu es le Roi des Juifs ? » Jésus lui répond : « Mon Royaume n’est pas de ce monde. Mais, tu le dis, je suis Roi. » Pilate sort pour dire qu’il ne trouvait rien de mal en Jésus ;  à ceux qui l’ont amené, il propose de libérer Jésus ; en effet la coutume de ce pays voulait qu’on libère un prisonnier à chaque fête. En entendant cette proposition, tous se mettent à hurler : « Pas lui, mais Bar-Abbas. » Or Bar-Abbas était un brigand.

Pilate prend alors de l’eau, se lave les mains et dit : « Je suis innocent de ce sang. C’est votre affaire ! »

Tout le peuple dit alors : « Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants ! » Alors Pilate libère Bar-Abbas et livre Jésus pour qu'il soit crucifié.

 

 

-9- L’Homme de douleurs

 

Pilate fait prendre Jésus pour le faire fouetter. Les soldats tressent une couronne avec des épines et la posent sur sa tête. Ils l’enveloppent d’un manteau de pourpre. Ils se prosternent devant lui en disant : « Salut, Roi des Juifs ! » et ils lui donnent des gifles.

 

 

 

-10- Procès devant Pilate


Pilate sort à nouveau devant la foule. Il montre Jésus portant la couronne d’épines et revêtu du manteau de pourpre ; il le présente en disant « Voici l’homme ». Tous hurlent « En croix ! En croix ! » Pilate rentre et cherche à libérer Jésus, mais devant l’hostilité et la colère de la foule, il hésite. Il finit par sortir, et dit : « Voici votre Roi ! » Tous crient : « A mort, à mort, Crucifie-le ! » Pilate leur dit : « Est-ce-que je vais mettre en croix votre roi ? ». Les grands prêtres répondent : « Nous n’avons pas d’autre roi que César ! » Alors Pilate leur livre Jésus pour qu’il soit crucifié.

 

 

-11- Portement de croix

Les soldats emmènent donc Jésus. En sortant, ils trouvent un certain Simon de *Cyrène, venant des champs. Ils le chargent de la croix pour la porter derrière Jésus. Une grande foule les suit. Des femmes pleurent. Jésus leur dit : « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! » Deux autres malfaiteurs sont conduits avec Jésus pour être exécutés.

 

 

  

-12- Crucifixion

Ils arrivent à la colline du *Golgotha, ce qui veut dire le « crâne ». On crucifie Jésus au milieu des malfaiteurs, un à sa droite, un à sa gauche.

Les soldats font quatre parts des vêtements de Jésus et tirent au sort sa tunique. C’était une tunique sans couture, tissée d'une pièce, de haut en bas.

Ils placent au-dessus de sa tête un écriteau sur lequel on avait écrit en hébreu, en latin et en grec : « *Jésus de Nazareth, le Roi des Juifs. »

Jésus priait son Père en lui demandant : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font. »

Tous ceux qui passent se moquent de lui en disant : « Toi qui détruis le Temple et le reconstruis en trois jours, sauve-toi toi-même. 

Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix !"

Même le malfaiteur crucifié à sa gauche l'injuriait. L'autre malfaiteur au contraire disait : « Que nous mourions, nous, c'est normal, car nous le méritons. Mais lui, il n'a rien fait de mal. » Et il disait à Jésus : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. » « Aujourd'hui même tu seras avec moi au Paradis » lui dit Jésus.

Il y a près de la croix Marie, la mère de Jésus et le disciple qu’il aimait. Jésus dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de ce moment-là le disciple prit chez lui la mère de Jésus.

 

 

 

-13- Mort de Jésus

 

De la sixième à la neuvième heure, de midi à trois heures, il y eut des ténèbres sur toute la terre. Vers trois heures Jésus s'écrie d'une voix forte : « Eli, Eli lama sabachthani », ce qui veut dire en hébreu : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? » L'un des soldats prend une éponge imbibée de vinaigre, qu'il attache au bout d'un roseau, pour lui donner à boire.

Dans un grand cri, Jésus rend son dernier souffle ; il rend l'esprit.

 

Et voici que le rideau du temple se déchire en deux du haut en bas, la terre tremble, les rochers se fendent, les tombeaux s'ouvrent et des morts ressuscitent.

A cette vue le centurion et ceux qui étaient de garde avec lui sont emplis de crainte et disent : « Vraiment, celui-ci était fils de Dieu. »

Un des soldats ouvre de sa lance le côté de Jésus. Et aussitôt il en sort du sang et de l'eau. Celui qui a vu, en rend témoignage pour que vous croyiez, vous aussi.

 

 

 

-14- Mise au tombeau

 

Le soir, un homme du nom de Joseph, un disciple de Jésus, vient demander à Pilate le corps de Jésus. Avec Nicodème, un sage en Israël, ils enroulent le corps dans un linceul avec les aromates, et le déposent dans un tombeau tout neuf creusé dans le roc. Ils roulent une grande pierre devant ce tombeau. Des femmes restent là, assises face au tombeau. Ce tombeau était dans un jardin ; le shabbat commençait tout juste à luire.

Le lendemain, les chefs des prêtres et les Pharisiens viennent voir Pilate en lui demandant de faire garder par des soldats le tombeau afin que les disciples de Jésus ne viennent pas dérober son corps et dire qu’il était ressuscité.

 

 

-15- Résurrection

 

Le dimanche au petit matin, Marie de Magdala, ainsi que deux autres femmes, viennent au tombeau. Elles apportent les aromates, les parfums qu’elles ont préparés. Elles trouvent la pierre du tombeau roulée. Elles entrent mais ne trouvent pas le Corps du Seigneur.

Et voici que deux hommes en vêtements blancs se présentent à elles. Comme elles sont effrayées, ils leur disent : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Ce Jésus crucifié que vous cherchez, il n'est pas ici. Il est ressuscité comme il l'avait dit. Il vous précède en Galilée. » Elles se rappellent alors les paroles de Jésus, reviennent du tombeau, et vont annoncer tout cela aux apôtres qui pensent qu’elles radotent et commencent par ne pas les croire.

Vocabulaire du Chemin de Croix
(retour au début du récit)

Anciens : leur âge et leur compétence leur donnent une autorité religieuse. Ils veillent à ce que les Traditions d'Israël soient respectées.

Cédron : torrent, souvent à sec qu'il faut franchir pour aller du Temple de Jérusalem au Mont des Oliviers.

Centurion : officier romain qui commande à cent soldats.

Crucifixion et Croix : La croix était le supplice le plus ignominieux du monde romain. Il était réservé aux plus grands malfaiteurs et aux traîtres. Les crucifixions se faisaient à la porte des villes pour dissuader les passants d'agir comme ceux qu'ils voyaient agoniser dans des souffrances atroces.

Cyrène : lointaine ville d'Afrique du nord (la Libye actuelle). En Cyrénaïque, province romaine à l'époque du Christ, il y avait une importante colonie juive.

Disciple : ami de Jésus qui, sur son appel, marche à sa suite.
Le disciple bien-aimé : le disciple qui se sait aimé de Jésus et comprend avec justesse, finesse et discernement ce que fait et dit son Maître. Dans la Tradition, c'est Jean.

Gethsémani : domaine, jardin, situé au pied du Mont des Oliviers et dont le nom signifie " Pressoir d'huile ".

Golgotha : signifie " crâne " en hébreu. La tradition disait que la tombe qui contenait le crâne d'Adam se trouvait là. Cette tradition reprise par les Chrétiens, signifie que Jésus meurt là où meurt tout homme (adam veut dire l'humain). Il donne sa vie pour que chacun revive.

Hosanna : " Au secours, vient nous sauver " (en hébreu). Même racine que le mot Jésus (dont la signification en hébreu est " Dieu sauve "). C'est l'exclamation et l'acclamation de Dieu par les Juifs à la Fête des Tentes.

INRI = Jésus de Nazareth, le Roi des Juifs donne INRI en abrégé. [avec I=J]

Prêtres : ce ne sont pas les prêtres que nous connaissons. Au temps de Jésus ils sont choisis parmi les descendants d'Aaron et assurent le service du Temple de Jérusalem (sacrifices, purifications, etc…). Le grand prêtre, nommé pour un an, est le chef du culte juif et le responsable du Temple.

Scribes : Lettrés, spécialistes et interprètes officiels de la Bible. Ces savants, qui font autorité en matière judiciaire, aiment les honneurs. Ils sont souvent Pharisiens.