L'hospitalité d'Abraham - Chagall
Lecture du tableau pour adultes
(voir 1ère rencontre et Célébration)


Cliquer pour une meilleure définition de l'image à imprimer (1 Mo)

Chagall, Juif hassidique russe, bercé par la Bible depuis l’enfance par son grand-père chantre à la synagogue, veut nous faire partager l’émotion, l’élan, le bonheur qu’il a connus à l’écoute de ce célèbre récit, relu dans la tradition chrétienne comme une annonce trinitaire.

Familiers de l’icône de Roubliev, nous sommes étonnés et un peu déroutés en face de ce tableau peint par Chagall, lui-même grand connaisseur et amateur d’icônes.

Suivant la Tradition chrétienne Chagall fait, des trois voyageurs, des Anges qui évoquent la Trinité ; en effet Abraham, bien que voyant trois hommes qui se tiennent debout devant lui, s’adresse à eux au singulier : « Seigneur, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur. » Et nous savons grâce aux versets 1, 13 et 14, que c’est Dieu lui-même qui se fait voir mystérieusement à travers la présence de ces trois hommes. On peut dire aussi que la promesse d’un fils, promesse de vie est une promesse divine.

Si ces trois anges, images de Dieu-Trinité pour les Chrétiens, nous tournent le dos, c’est vraisemblablement pour rappeler que Dieu, qui aime tant dialoguer avec ses amis, ne se laisse pas voir de face par eux (Ex 33,20-23), en tous cas pas sur notre terre.

Ces trois anges, assis sur un même banc, sont attablés autour du repas que leur ont préparé Abraham, Sara, et un serviteur absent du tableau. Leurs ailes traduisent leur fonction de Porte-Parole entre ciel et terre. Leurs regards se croisent, ils sont à l’unisson. Devant eux s’ouvre un espace rouge vibrant de cette lumière de midi qui ne fait pas d’ombre, espace de liberté, de résonance…

A notre gauche, Abraham semble regarder au-delà. Pense-t-il à la promesse qui lui a été faite d’avoir une descendance plus nombreuse que les étoiles du ciel et le sable de la mer ? Sara, alerte, apporte un plat à ses hôtes.

C’est le moment de donner vie à la promesse faite il y a si longtemps : Dieu, trine et Un, va dire à Abraham : «N’y a-t-il rien de  trop merveilleux pour Dieu ! Quand je reviendrai chez toi, au temps de la vie, Sara aura un fils. »

Le fond rouge vibrant fait résonner visuellement cette promesse de Dieu de revenir « au temps de la vie » (traduction au plus proche de l’hébreu). C’est le temps de la vie quand Dieu vient chez Abraham et Sara comme chez tous ceux qui le reçoivent…

Ce temps de la vie a débuté pour Abraham (représenté en haut, chevauchant une monture sur une crête) avec la demande pressante de Dieu, dont la main signifie la présence, l’accompagnement : « Pars pour le pays que je te montrerai » (Ex 12,1).

Ce temps se poursuit avec la suite de l’histoire qu’évoque la bulle en haut à droite. Abraham reconduit les trois anges. Soutenu par deux d’entre eux, il discute, pied à pied, avec Dieu pour trouver au moins « dix justes » capables de sauver Sodome et Gomorrhe !

Ce temps de la vie continue chaque fois que nous vivons du dynamisme trinitaire.

Ce tableau, loin de nous présenter une « Trinité » abstraite, conceptuelle, nous la présente dans son essence même qui est : vie, convivialité, invitation, communication, dialogue, relation, circulation d’amour, communion, ouverture au monde. C’est l’un des messages de ce tableau qui fait partie du magnifique ensemble de 12 tableaux (présentés à Nice) et intitulé par Chagall lui-même « Message biblique ».