Récit : Hospitalité d’Abraham
(d'après Gn18,1-15)

Le Seigneur Dieu se fit voir à Abraham aux chênes de Mambré. Abraham était assis à l’entrée de sa tente. Il était midi, l’heure la plus chaude du jour.

Il leva les yeux et il vit : voici que trois hommes se tenaient debout devant lui. Il les vit et il courut à leur rencontre depuis l’entrée de la tente. Et il se prosterna jusqu’à terre et il dit : « Seigneur si j’ai trouvé grâce à tes yeux, ne passe pas, s’il te plaît, sans t’arrêter près de ton serviteur.  Qu’on vous apporte un peu d’eau pour vous laver les pieds et vous vous reposerez sous l’arbre. Je prendrai du pain et vous vous réconforterez le cœur avant d’aller plus loin. C’est bien pour cela que vous êtes passé chez votre serviteur ! »

Ils répondirent : « Oui, fais comme tu l’as dit. »

Et Abraham se dépêcha d’aller à la tente, près de Sara. Il lui dit : « Dépêche-toi de pétrir 3 mesures de belle farine et fais des galettes ». Et Abraham courut au troupeau. Il y prit un veau tendre et bon. Il le donna à un serviteur qui se dépêcha de le préparer. Il prit du beurre, du lait et le veau qu’il avait fait préparer. Il le mit devant eux. Lui se tenait debout près d’eux sous l’arbre. Et ils mangèrent.

Ils lui demandèrent : « Où est Sara, ta femme ? » Il répondit : « Elle est à l’intérieur de la tente. » Le voyageur reprit :

« Je reviendrai, oui je reviendrai chez toi au temps de la vie et voici que Sara ta femme aura un fils ». Or Sara écoutait à l’entrée de la tente, derrière lui. Abraham et Sara étaient si vieux qu’ils ne pouvaient plus attendre d’enfants. Sara rit en elle-même en se disant : «  Comment moi qui suis si vieille, comment pourrais-je avoir un enfant ? Et Abraham, mon mari, qui est un vieillard ? »

Le Seigneur Dieu dit alors à Abraham : « Pourquoi Sara a-t-elle ri en disant : « Est-ce que vraiment j’aurais un enfant, vieille comme je suis ? » N’y a-t-il rien de trop merveilleux pour Dieu ! Quand je reviendrai chez toi, au temps de la vie, Sara aura un fils.

Et Sara nia en disant : « Non, je n’ai pas ri » car elle était saisie de crainte.

Abraham reconduisit les hommes qui s’étaient levés pour partir.